jeudi 5 novembre 2015

WWO au WTM



WWO au WTM 



Bon. 

La WWO est allée au WTM à Londres. 

On se demandait un peu ce que ça allait donner, cette affaire. 

Raconter la guerre en laine dans un des plus gigantesques salons de tourisme du monde, est-ce que ça allait fonctionner? 

Dans l'écrin magique du Musée de La Piscine à Roubaix, le long des colonnades pleines d'Histoire du Grand Palais à Paris, on le savait qu'on allait pouvoir. La lumière, les murs, tout était exactement comme il fallait pour raconter une histoire. C'est pour ça que les gens vont dans les musées, dans les monuments prestigieux, pour qu'on leur raconte des histoires, en marbre, au pastel, en terre, en photo, et pourquoi pas en laine. Parfois ils aiment, d'autres fois non, mais c'est pour ça qu'ils sont venus, pour écouter des histoires. 



Le WTM, c'est autre chose. Un hall immense, bruyant, effervescent, une lumière crue, des stands et des stands qui se télescopent, des gens partout, en costume, en tailleur, des gens qui marchent vite, des dossiers sous le bras. 



Ils ne sont pas venus pour entendre des histoires les gens au WTM. Ils sont venus pour le business, les affaires. Pour tout voir, il faut qu'ils courent, pas une minute à perdre. 




C'est là qu'on a posé la Wool War de dimanche à jeudi. Entre les danseuses de Copacabana et les chaînes hôtelières. 

C'était pas gagné. 

Et c'est pour ça qu'on a dit oui. Parce que c'était pas gagné. 

Quand la Mission du Centenaire et Atout France nous ont soufflé l'idée du WTM, on s'est dit chiche. Chiche qu'on essaie. Juste pour voir si on va pouvoir raconter une histoire à des gens qui n'ont pas le temps, dans un endroit pas fait pour ça. 

Donc on a posé l'armée de laine sous une immense arche et on a regardé ce qui se passait. 

Dans l'allée principale, les gens en costume,en tailleur et en badge passaient très vite, à balayer du regard les bannières des stands, jusqu'à ce que leurs yeux se posent sur la longue file accablée. Temps d'arrêt. Tête penchée d'un côté, puis de l'autre, puis re de l'autre. C'est quoi ça? 

Le premier pas dans l'allée hésitant, à soupeser si dans ce marathon du business, on va pouvoir perdre des minutes à juste essayer de comprendre ce que c'est que cette chose. 

Et là, ils ont fait exactement comme à la Piscine, comme au Grand Palais. Ils se sont penchés, ils se sont mis à genoux, ils ont remonté la file, à regarder les détails, se sont relevés pour regarder de loin, puis re de près, ont posé leurs dossiers pour prendre  des photos, ont cherché du regard des explications, ont lu les bannières qui parlaient des 500 tricoteurs. ils ont posé les mêmes questions qu'à La Piscine, qu'au Grand Palais, ils ont raconté les mêmes histoires d'arrière-grand-pères, les Anglais ont cherché les Anglais, les Ecossais les Ecossais, les Sénégalais les Sénégalais, les Australiens les Australiens. Comme à Lorette, chacun cherche les siens. 

Ils sont restés longtemps, puis ils sont repartis vers Copacabana et les Resorts, mais n'empêche. Là où il ne fallait pas, alors qu'ils n'étaient pas venus pour ça, on leur a  raconté une histoire qu'ils ont écoutée. Sûrement parce que c'était un peu leur histoire à eux aussi. 

On se demandait si le sens et l'émotion allaient résister à un environnement différent, et puis oui. 

On peut raconter des histoires partout, du moment qu'il y a des gens à qui les raconter. 

Ca nous plaît bien cette idée-là. 
















24 commentaires:

  1. Et voilà, j'essuie encore une fois une larme d'émotion ...
    Comme chaque fois que je vois tes / nos soldats ou que tu nous en parle ...

    RépondreSupprimer
  2. Je les imagine bien avec leurs costumes, leurs tailleurs et leurs dossiers, en train de se contorsionner pour admirer NOS vaillants petits soldats! La reine n'est pas venue???? On ne peut que te féliciter une fois de plus, tu vas conquérir le monde...

    RépondreSupprimer
  3. Une super expérience et j'étais sure que même là, cela allait fonctionner, qu'ils allaient prendre le temps d'écouter l'histoire, leur histoire comme tu le dis; ; comment leur résister à nos petits soldats de laine, quand on les aperçoit, l'air accablé en rang par cinq...

    RépondreSupprimer
  4. Michèle de Limoges5 novembre 2015 à 08:35

    C'est formidable, comme quoi les gens à deux pattes pris dans d'autres situations sont capables de recevoir l'émotion. Bravo.

    RépondreSupprimer
  5. Et voilà l'effet papillon.
    Quelle émotion, ils ont un pouvoir magique. Des costumes cravates les ont vus et se sont humanisés.

    RépondreSupprimer
  6. finalement ils ont pris le temps, ils se sont arrêtés, ils ont écouté..........

    RépondreSupprimer
  7. émouvant.... pas de mots si ce n'est = bravo... et merci !

    RépondreSupprimer
  8. c'est vrai que c'est une belle idée !...

    RépondreSupprimer
  9. C'est parce que les gens sont tous supers :-)
    https://www.youtube.com/watch?v=OtiAG_HeZTc

    RépondreSupprimer
  10. quel post magnifique!
    art de tricoter, art de raconter, art de bloguer... artiste complète! bravo.
    très émue par cette expérience que tu as fait.
    Mouna

    RépondreSupprimer
  11. Punaise, que j'aime lire ça !
    J'en suis toute chamboulée ...

    RépondreSupprimer
  12. quelle émotion à chaque fois de vous lire "raconter" l'histoire et le cheminement de la Wool War...il semble qu'elle déclenche chez chacun, qui la rencontre un semtiment universel qui traverse le temps et les langues....
    j'habite dans le Sud de la France et j'espère avoir la possibilité un jour de vivre ce moment de rencontre.. à bientôt

    RépondreSupprimer
  13. Bravo pour cette exposition qui a su s'imposer !!! Comme tu le dis si bien, les vrais gens aiment les histoires, et surtout l'Histoire. Quelle est la prochaine destination ?
    Douce journée

    RépondreSupprimer
  14. Étonnant pari en effet ! Mais la WWO connait ses atouts !! Bravo !

    RépondreSupprimer
  15. Quel dommage! Pour une fois que c'était un peu plus près de chez moi.Si j'aurais su, je serais venue...

    RépondreSupprimer
  16. Une fois de plus ton post me fait pleurer tellement il est émouvant, tellement tes mots sont percutants, tellement j'ai d'admiration pour ce que tu fais !!!!

    RépondreSupprimer
  17. Félicitations! j'ai cherché un peu ce qu'était le WTM (World Travel Market) et où était votre stand (avec Atout France) - Vers quels autres endroits incongrus va aller maintenant défiler la vaillante troupe de petits soldats? J'espère qu'une étape va se faire pas loin de chez moi (je sais, j'aurais dû aller à la piscine de Roubaix...je m'en veux encore!) Bonne continuation

    RépondreSupprimer
  18. et toi tu as toujours la manière émouvante de nous la raconter, longue vie à cette armée, qu'elle continue à voyager et à nous émouvoir
    je t'embrasse
    dominique

    RépondreSupprimer
  19. L'aventure continue, c'est juste génial ! Bravo encore. tellement heureuse d'y avoir mis un tout petit bout de moi pour participer à ce fabuleux projet.

    RépondreSupprimer
  20. Alors là, c'est génial ! Justement parce qu'ils ne sont pas venus pour ça, qu'ils n'étaient habillés pour se mettre à quatre pattes et qu'ils l'ont fait quand même, que ça les a touchés au moment où ils ne s'y attendaient pas ! Qui sait quelle petite graine de désir de paix, de solidarité, de mieux vivre ensemble, d'un monde meilleur, ces petits soldats ont pu semer en eux ?

    RépondreSupprimer
  21. Waouh, c'est super d'avoir accroché les gens comme ça. Quand ils ne s'y attendent pas.
    Bravo Délit, j'espère que l'aventure WWO continuera encore autour du monde (et un peu en France aussi, je les ai toujours pas vus ces gars-là !) :-)

    RépondreSupprimer
  22. Toucher au coeur, surprendre et au coeur de cette course "contre", donner le temps.
    Ça me plait bien aussi.
    Une nouvelle fois, merci.

    RépondreSupprimer
  23. Tu en as d'autres comme ça ? Qui nous mettent les larmes aux yeux, un peu de fierté aussi, et... pfff. Tant de choses.
    Maintenant, tu sais que partout les gens s'arrêteront, se pencheront, poseront des questions et prendront des photos. C'est si bien. Je suis si heureuse de ton succès.

    RépondreSupprimer