mardi 29 avril 2014

WOOL WAR ONE : Mai 14



WWOL WAR ONE 

MAI 14 




Bon. 

Depuis le début, on le sait que ça ne va pas être facile facile. 

Depuis qu'au Délit, on est allé chercher des bouts d'histoire du côté de la Somme, on en est sûr.

Ca ne va pas être facile. 

Est-ce qu'on va y arriver, juste avec du fil, à mettre de la poésie là-dedans, dans tout ce fatras de croix, de stèles, de noms, ces pierres, ces alignements qui prennent tout l'espace? 

Parce que c'est ça qu'on veut raconter.

Juste avec du fil.






















On a beau avoir décidé qu'on n'allait pas passer l'année à pleurer, il y a des fois où les images te mettent des petits coups à l'estomac qui font piquer les yeux. 

Du coup, on s'y remet, on tricote. 

En espérant qu'on arrive, au final, à mettre de la poésie dans tout ce fatras. 


*********************************************************************************

Logistique de cette affaire

Samedi 3 mai, on rencontre les gens de Rennes. Si tu veux en être, de la ribouldingue bretonne, envoie un mail à delitmaille@gmail.com, on te dira où et quand. 

Et si tu veux ne rien perdre de ce qui se trame en coulisses, à l'abri des regards, le mieux, c'est de rejoindre le groupe Wool War One sur Facebook. C'est là que tout se passe. Comme un atelier, gai et bruyant, mais virtuel et que pour les tricoteurs de la Wool War One. 

16 commentaires:

  1. les mots "age 18" sur une croix de pierre, tu as raison, ça pique les yeux...

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai qu'on les ressent, ces petits coups à l'estomac...

    RépondreSupprimer
  3. Délit/Anna/madame... respect !

    RépondreSupprimer
  4. Superbes photos, terriblement émouvantes...

    RépondreSupprimer
  5. oui, les photos sont superbes, oui, ça noue l'estomac. "Age 18", "inconnu"... Merci Anna d'y mettre de la poésie !

    RépondreSupprimer
  6. J'ai comme une boule dans la gorge, soudain...

    RépondreSupprimer
  7. Moi aussi j'ai pleuré, sur ce petit gars de 18 ans ... Je prie pour qu'il soit consolé, que nos tricots 100 ans après viennent lui dire qu'on pense à lui... Et tous les autres, tous, tous !

    RépondreSupprimer
  8. C'est terrible... Mais oui, on s'y remet, on tricote...

    RépondreSupprimer
  9. Terribles belles photos...

    RépondreSupprimer
  10. et ça n'a même pas servi de leçon.....

    RépondreSupprimer
  11. Bien sûr ce n'était pas la même guerre que celle qui nous réunit, mais je me rappelle que mon père qui avait vécu la seconde guerre ns avait emmené visiter les cimetières (français ou allemands d'ailleurs !) de la Côte Normande. J'étais jeune (petite même) et y trouvais une certaine beauté dans ces alignements stricts et rigoureux, solennels,tellement respectueux et silencieux. Et surtout surtout, ces hommes ....partis et pas revenus... L'émotion était intense.
    Plus tard, après avoir vieillie, j'ai eu la même démarche avec mon Beau-fils, et je vais renouveler bientôt avec nos petits-enfants. Il le faut.
    Nicole(tte)@sfr.fr

    RépondreSupprimer
  12. j'ai pensé aux poèmes d'Aragon pour la guerre de 39, lui qui était aussi de celle de 14
    avant fin mai, mon ouvrage partira vers vous...

    RépondreSupprimer
  13. Ces vastes cimetières sont impressionnants. Nous sommes allés en Normandie et on ne peut que se recueillir lorsqu'on voit ceci.
    Pas inscrite sur FB ...
    Douce journée

    RépondreSupprimer
  14. Parce que c'est trop fort, parce que c'est trop bête ! Juste un mot : PARDON. Pardon de toute l'humanité à ces tous petit gars partis pour être des hommes, et à ces hommes qui n'avaient rien demandé que de cultiver leurs champs et d'aimer leur femme. Pardon, pour la folie de l'homme, Pardon à ces mères qui ont pleuré en silence, à ces enfants qui n'ont pas connu leur père...

    RépondreSupprimer
  15. Je suis près de Rennes et... je n'ai pas pu vous rencontrer. C'est dommage mais ce n'est pas si grave. Ce qui est beau, c'est de penser comment tout ce fil nous relie, nous fait réfléchir et se souvenir.

    RépondreSupprimer
  16. Effectivement ces images foutent un grand coup dans l'estomac, mais je vous rassure, vos soldats de laine sont plein de poésie

    RépondreSupprimer