jeudi 27 mars 2014

Wool War One. Avril 14




WOOL WAR ONE 

Avril 14 


Bon. 

La guerre en laine. 

Cette chose  à mille mains. Cinq mille doigts. 

Plus de sept millions de mailles. 









Sept millions de mailles, c'est pas encore suffisant pour que chaque maille puisse raconter une vie. 


Des tas de vies minuscules qui se racontent pendant que les mains s'agitent. 

Celle du grand-père du Chemin des Dames qui avait gardé un ticket de métro dans la poche de sa vareuse pour rentrer chez lui. Et qui est rentré. 

Ou la vieille lettre toute chiffonnée de Victor Geoffray qui n'est pas rentré.




 Il écrit à Elise, Victor

Ma toute chérie, 

Je veux te dire avant tout que j'espère que cette lettre ne te parviendra jamais. Elle doit ne t'être remise que lorsqu'il sera constaté que j'ai succombé. Je n'ai pas peur de la mort, mais je désire ardemment vivre, pour toi - pour vous.  Je songe au chagrin affreux que tu aurais si je devais ne pas revenir ... Nous sommes prévenus qu'avant peu nous attaquerons en grand... Mais les coups frappent à tort et à travers et il se peut donc que sois tué ... 

Victor, il écrit aussi Tu dois aussi te figurer que notre ancien bonheur n'est plus, qu'il est démoli. 

Ou l''histoire  de l'arrière grand-oncle, un gamin terrifié, à la fin d'une permission, sur le quai de la gare, qui supplie qu'on ne le laisse pas repartir à cette boucherie et qui remonte dans le train. 



Du coup, on tricote. Sans arrêt. Tout le temps. 







Comme des morts-de-soif, on tricote. 

On n'est pas triste, il faut pas croire. Grave, oui, mais pas triste. On rit beaucoup. On se donne des rencards dans des bistrots. 

Mais n'empêche, on n'oublie pas le plan. 

Faire de tout ça une oeuvre d'art. Immense et minuscule. Une vraie. Dans un vrai musée. 

Mettre de la poésie dans tout ce fatras d'histoires minuscules et tristes. 

C'est ça le plan.



24 commentaires:

  1. C'est vraiment beau, ces photos de mains, et le bleu qui se répand de l'une à l'autre. Magnifique. Bravo.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, on tricote et on se souvient...

    RépondreSupprimer
  3. Graves et joyeuses... De participer à cette œuvre d'art minuscule et grandiose. À bientôt pour un RV fil bleu en Bretagne?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. a bientôt aussi, je l'espère !

      Supprimer
    2. A bientôt aussi
      pareil que mon amie anoriant pour un fil bleu en Bretagne

      Supprimer
  4. Ces mains sont très émouvantes dans leur diversité, en tant que pianiste, ça me touche particulièrement.
    J'attends le 5 avril avec impatience !

    RépondreSupprimer
  5. Maman tricote des casques. "Autant que je peux dans une pelote" m'a-telle dit. Elle semble ravie.
    Elle m'a dit aussi qu'elle allait prendre ses mains en photos...
    J'aime qu'elle participe à ça, j'aime avoir été le lien avec tout ça. Un lien bleu.
    Bravo et courage à toutes ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta mère aussi ? C'est bien. Je suis contente de savoir qu'elle participe.

      Supprimer
    2. Aujourd'hui j'ai repassé tout doux mes vareuses avant de te les envoyer. J'ai du mal à les quitter !

      Supprimer
  6. ça c'est un plan qui me va bien.....et je suis très fière que mes mains y participent!...

    RépondreSupprimer
  7. superbe idée ces photos reliées par du fil bleu !

    RépondreSupprimer
  8. Celle qui allait devenir ma grand-mère maternelle, a perdu SON Fernand, l'amour de sa vie, dans cette boucherie.
    Quelques 50 années après, dans un coin d'Alsace, nous sommes tous allés dans un cimetière, chercher la tombe de Fernand. Pour nous, enfants, ça ressemblait à un jeu de piste ou une course aux trésors... Nous avons fini par la trouver, j'ai vu ma grand-mère pleurer : j'ai pensé à sa vie gâchée, à toutes ses vies arrêtées, à l'absurdité de ces guerres (celle-ci et les autres). J''ai mesuré à la hauteur de ses larmes et de son amour toujours vivant, la souffrance de sa vie !

    Une vie comme il y en a eu tant, d'autres malheureusement...

    Hommage à Anaïs

    RépondreSupprimer
  9. Michèle de Limoges28 mars 2014 à 06:24

    Belles photos, c'est émouvant.

    RépondreSupprimer
  10. Un fil bleu porteur d'espoir , un fil si tenu mais jamais rompu par delà les générations !

    RépondreSupprimer
  11. Très belles ces mains reliées par le même fil...

    RépondreSupprimer
  12. Je participe et j 'en suis ravie , je trouve ces phots splendides.....

    RépondreSupprimer
  13. Très belles photos grâce à ce fil bleu... Souvenir...

    RépondreSupprimer
  14. Dans les commentaires, il est fait référence au 5 avril, date prévue pour la visite de Madame Délit en région parisienne. J'ai fait connaître mon intérêt pour cette rencontre, mais je n'ai pas de nouvelle...
    MimidH

    RépondreSupprimer
  15. Oh, Délit, tu me fais pleurer...
    Parce qu'il y a le printemps, parce que tout bourgeonne autours de moi, j'avais laissé un peu les aiguilles. Mais tu as raison.... Il y a Eux et il faut tricoter pour qu'Ils soient encore un peu....

    RépondreSupprimer
  16. superbement boulogène!
    trés beau,trés émouvant
    bravo d'avoir réussi à rassembler tant de monde

    RépondreSupprimer
  17. Tellement émouvant ce fil bleu... et ces mains qui tricotent, qu'elles sont belles ! Une drôle d'aventure... Géniale !!!

    RépondreSupprimer
  18. Très belles photos !!! C'est toi qui les retouches pour mettre le bleu ?
    Toujours aussi heureuse de participer à cette oeuvre d'art.

    RépondreSupprimer