mercredi 29 janvier 2014

Wool War One . Bases arrière



BASES ARRIERE




Bon.

Alors.

Des nouvelles du front.

Plein.




Petit un: les paquetages.








Il y a ceux qui sont partis et arrivés. Il y a ceux qui sont partis et pour lesquels Mr Fedex continue de sillonner les départementales et les chemins vicinaux et qui, petit à petit, arrivent à destination. . Il y a ceux qui sont partis hier pour lesquels on ne s'est pas fait avoir une deuxième fois, auxquels on a ajouté le numéro de téléphone ad hoc pour éviter cette errance angoissante et qui devraient arriver très bientôt. Il y a ceux qui sont prêts, empaquetés, avec adresse et téléphone bien comme il faut et qui attendent, sagement stockés dans les coulisses du musée. Pour ceux-là, il nous faudra encore quelques dizaines d'heures pour entrer toutes vos adresses (et téléphone. Ne pas oublier le téléphone, sinon, errance) dans l'ordinateur du musée magique, descendre quatre à quatre les escaliers en bois noir des coulisses, récupérer les bordereaux à la photocopieuse, coller la pochette plastique sur l'enveloppe, insérer les documents dans la pochette, glisser l'enveloppe de paquetage dans l'enveloppe d'envoi, retirer la bande autocollante, fermer l'enveloppe, la jeter dans l'immense sac pour les envois du jour, remonter quatre à quatre les escaliers noirs, entrer des adresses et des téléphones dans l'ordinateur, descendre l'escalier noir, récupérer, plier, coller, glisser, fermer, jeter, monter, descendre.....  Bref, tout va parfaitement bien pour les paquetages. C'est un bazar parfaitement désorganisé d'une efficacité maximale qui fait qu'au Délit, on est tout à fait confiants. On sait que tout le monde aura ses munitions dans les semaines qui viennent.


Petit deux: les groupes 




Au Délit, on s'est dit que ce qui serait bien, ce serait qu'il y ait un endroit où les volontaires engagés dans ce projet flou puissent se retrouver pour discuter de la Wool War et tout et tout, échanger sur les aspects techniques de la chose, compter les mailles, les rangs, les centimètres, poser les questions qui les taraudent ou répondre aux questions qui taraudent les autres.

Mais pas que.

Parce que vous êtes des centaines, de partout dans le monde, avec chacun des histoires à raconter par rapport à ce projet, des histoires d'arrière grand-père, de grand oncle, des histoires de monuments aux morts près de chez vous avec des choses tourneboulantes écrites dessus, des histoires de moustaches, des histoires de photos, des carnets de guerre retrouvés dans des tiroirs, des histoires de femmes dans des banlieues africaines, de copines autour d'un feu et que ces histoires que vous avez racontées au Délit,c'est dommage que vous n'ayiez pas tous pu les lire. Elles sont rudement bien ces histoires.

Parce que des films, des livres, des manifestations, des tableaux, des poètes, des expositions, des chansons, ce projet, il nous en amène par dizaines. On voudrait bien pouvoir les partager. On trépigne de vous raconter Wilfred Owen, Louis Barthas et tout, mais aussi de lire ce que vous vous avez envie de partager. Un lieu pour ça, plus convivial que juste l'espace des commentaires sur le blog, ce serait bien.

Parce qu'il y a des gens pas en laine qui proposent des coins de canapé à Paris pour apprendre aux bleusailles les bases du tricot, des gens qui habitent tout près les uns des autres et qui, si ça se trouve, ne le savent même pas

Parce que vos récits d'essais de tricot, ils sont à mourir de rire

Parce qu'on aura des rendez-vous pour des rencontres pas virtuelles à donner

Parce qu'on voudrait pas tout dévoiler du projet sur le blog, qu'il reste des surprises à la fin.

Parce que l'occasion que des gens si différents à tous points de vue se retrouvent; elle ne présente pas si souvent et qu'on serait bien idiots de la laisser passer, cette occasion. On a un an. Un an pour tisser ces liens, et ça c'est bien.

Parce que plus on réfléchit au sens de tout ça, ce qu'on se dit, au Délit, c'est que l'oeuvre finale, c'est autant l'armée de laine que l'idée de ces milliers de doigts qui l'ont fabriquée.

Bref, il fallait un lieu. Un bistrot, ça aurait été parfait, mais on n'en a pas trouvé d'assez grand et d'assez central dans le monde pour pouvoir réunir tout le monde.

Du coup, on en a fait deux, des lieux, mais virtuels. Des cafés virtuels où on entre comme on veut, quand on veut, pour papoter avec les uns et les autres, prendre des nouvelles du projet, suivre en temps réel l'avancée des troupes ...

Le premier bistrot, son adresse c'est

chez Ravelry. (clique).

 Pour ceux qui ne connaissent pas, Ravelry, c'est un peu le QG des tricoteurs du monde. C'est Picotine, depuis le  Québec, qui s'est chargée de tout mettre en place pour créer le premier bistrot de la Wool War. Elle a monté les murs, peint, tapissé, installé des chaises pour tout le monde. C'est tellement bien ce qu'elle a fait qu'on lui a confié les clés. En plus, elle est gentille et jamais agacée par le temps qu'on met parfois à lui répondre au Délit.
Pour entrer dans ce bistrot, il faut d'abord s'inscrire sur Ravelry (gratuit) et faire tout comme Picotine nous l'a expliqué, c'est à dire :

Pour l'inscription sur Ravelry. Les gens pas en laine devront aller à la page suivante:
https://www.ravelry.com/account/login

Il faut ensuite:
Cliquer sur le bouton "Join now"

Une nouvelle page apparaît dans laquelle nous sommes invités à entrer une adresse courriel.
Un lien pour l'inscription est alors envoyée à l'adresse courriel entrée.
Cliquer sur le lien contenu dans le message reçu, il mène à une page qui permet de choisir le nom d'utilisateur et un mot de passe.


Ensuite, il suffit de demander à rejoindre le groupe Wool War One à l'adresse 




Pour le deuxième bistrot, on a pensé que les habitués de Facebook pouvaient avoir envie de se retrouver à où ils avaient leurs habitudes. On a donc créé un groupe là aussi, sauf que là, on n'avait pas Picotine pour faire quelque chose de joli et qu'on espère bien que quelqu'un qui s'y connaît un peu en Facebook nous donnera un coup de main pour décorer l'endroit et nous expliquer comment ça marche. En attendant, c'est ouvert quand même, au milieu des plâtres et c'est ici. 





Voilà.

Ha non.

Effectivement.

Simple et concis, on ne sait pas faire.

Rendez-vous aux bistrots, les gens., celui que vous voulez. On vous y attend.


* Psst, il nous manque encore des numéros de téléphone. Pas de téléphone, pas de paquetage. C'est sévère la guerre.

28 commentaires:

  1. Françoise Guichard29 janvier 2014 à 09:45

    Chouettes idées !
    J'y vais derechef, chef .

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, Sergents-fourriers du Délit !
    On se doutait que c'était un travail considérable, merci pour ces explications qui nous permettent de patienter sans trépigner bêtement. N'empêche, de savoir qu'il y en a qui tricotent déjà, ça met des fourmis dans les doigts...
    Je vous fais parvenir mon rapport dès réception du matériel confié à l'estafette Fedex.
    Merci, bon courage et bonne journée !

    RépondreSupprimer
  3. en tout cas le téléphone a servi car sans çà le livreur ne me trouvait pas aujourd'hui et errait dans la campagne ;)

    RépondreSupprimer
  4. J'ai reçu mon paquetage tout à l'heure ! Merci merci...

    RépondreSupprimer
  5. ça m'amuse beaucoup cette histoire, allez, je vais aller voir ce bistrot empli de tricoteuses !

    RépondreSupprimer
  6. On a le droit de fréquenter les DEUX bistrots????
    Facebook, je connais, mais l'autre, la curiosité me perdra (sans doute...)
    N'empêche, ça a l'air d'être un sacré boulot, tous les paquets à préparer, on pourrait venir t'aider si on était plus près...
    en tous cas BRAVO pour tout! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sûr, les deux, l'un ou l'autre, ou aucun , comme on veut. C'est spacieux, il y a de la place pour tout le monde

      Supprimer
  7. sympa!....je file voir!...Mr Fedex est passé ce matin mais j'étais au boulot mais dès demain je devrais pouvoir déballer mon paquet et commencer à jouer des aiguilles...bravo pour l'organisation en tous cas!

    RépondreSupprimer
  8. Ayé, je suis allée chez Ravelry et me suis inscrite. Très complet, comme site. Et l'accueil est tout chaleureux. Viendez !

    RépondreSupprimer
  9. reçu aujourd'hui !!! hâte hâte hâte...m'en vais harceler la dame du magasin de laine demain lors de l'atelier tricot pour acheter des aiguilles 2....un des rares n° que j'a i pas ;)
    une bonne raison de sortir la carte bleue...et d'y ajouter d'autres trucs...
    bah oui quoi c'est la ww faut faire des réserves ( de laine et d'aiguille au casoù)

    RépondreSupprimer
  10. cooooooool!
    en plus, avec ma potesse et néanmoins collègue Zonzon, on va tricoter de concert à la cantine!!! un peu comme au bistrot! ;-)
    alors zou, ravelry et FB! oh yeah!

    RépondreSupprimer
  11. Mais on peut aller au bistrot même quand on ne fait rien, juste pour boire un coup et papoter ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ben oui! Viens, on te fera entrer en loucedé )))

      Supprimer
  12. Ça-y-est, inscrite dans les deux rades. "Tricot et bistrot", ma devise pour une réinsertion en douceur sous les drapeaux français. Je t'envoie mon numéro de tél par email, je vais bientôt pouvoir réceptionner mon paquetage...

    RépondreSupprimer
  13. Je me cloner et assister aux deux bistrots à la fois!

    RépondreSupprimer
  14. bon moi je suis bêtement bête sans doutes....mais j'ai essayé Ravelry....et c'était tout en anglais...bien décoré quand même...mais j'ai pas tout compris je crois???
    hum...j'espère que je tricote mieux que je claviote !!
    catherine ortholala

    RépondreSupprimer
  15. Ravelry, c'est mon bistrot favori ! J'y file !

    RépondreSupprimer
  16. Quelle organisation!
    J'ai hâte de commencer (en fait je soule mon mari presque tous les jours avec ça, donc il a hâte aussi d'être épargné ;-))

    RépondreSupprimer
  17. ayest, Fedex m'a retrouvée au milieu des vignes ! et depuis je recherche mes aiguilles à tricoter planquées dans un carton du déménagement....
    C'est génial tout ça, je ne le dirai jamais assez !

    RépondreSupprimer
  18. Ça y est j'ai fait un tour dans les deux bistrots. Ils sont chouettes, bien douillets et pleins de tricoteuses sympas et enthousiastes. J'attends avec impatience mon paquetage ! Une bonne logistique c'est primordial dans les combats, courage les bases arrière !

    RépondreSupprimer
  19. bien reçu mon paquetage hier, Chef !

    attends les instructions car j'ai un casque à faire et Délit cogite un truc pour nous spécialement ! En attendant j'ai mis la pelote de laine au chaud près du radiateur comme l'a conseillé Délit ! mission délicate et secrète !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. non non, Rose-Marie, tu peux attaquer tes casques.
      Le truc "mystère", c'est avec la toute petite pelote bleue qui normalement doit être dans le paquetage. C'est celle-là qu'il faut garder au chaud au cas où on en aurait besoin un peu plus tard, quand mon idée sera bien mûre. Mais ça n'a rien à voir avec les casques. Bon tricot et bon courage!

      Supprimer
  20. Monsieur "Fedex" est déja passé à la maison déposer mon paquetage... j'attaque le tricot très vite et je vais faire connaissance des autres engagées sur ravelry et facebook.A suivre.

    RépondreSupprimer
  21. Rhoo j'avais oublié mon numéro de tél ! C'est chose faite !! J'attends avec impatience :)

    RépondreSupprimer
  22. Reçu ce jour DSK "canal historique" ! Avec peignoir rendu par Johnny et tout le matériel personnel. Je suis tout émue, mais alors vraiment !
    Je tiens entre mes mains un vrai gens en laine, rien que pour moi. Finalement il est dans la bibliothèque, assis derrière la vitre, adossé à des tas de livres sérieux.
    Merci Délit pour ce précieux cadeau.

    RépondreSupprimer
  23. Pfff, ici, c'est le stress... pas de paquetage... mais bon, l'optimisme reste de rigueur même si je vois toutes les autres aiguilles s'activer... On devient des vrais gosses avec cette guerre de laine!!!

    RépondreSupprimer
  24. ça y est, j'ai reçu mon paquetage. j'attaque le tricot dès ce soir ! ah moi les vareuses !

    RépondreSupprimer
  25. ça y est, j'ai reçu mon paquetage. j'attaque le tricot dès ce soir ! ah moi les vareuses !

    RépondreSupprimer