lundi 13 janvier 2014

Wool War 1 Janvier



WOLL WAR 1 

Janvier 





Bon. 

On ne peut plus faire marche arrière. 

Au Délit, quand on se retourne et qu'on voit tous ces gens, armés jusqu'aux dents d'aiguilles 2 qui trépignent pour faire la guerre, on a un petit peur. On ne peut plus se carapater à toute berzingue. 

Il a fallu deux jours. Deux jours pour avoir dix fois, cent fois plus de volontaires qu'on imaginait possible d'en intéresser au départ, quand l'idée de la Wool War a germé dans notre tête. 

On a essayé de répondre à tout le monde. parce que toutes les lettres étaient chouettes. C'était pas facile, il y avait vraiment vraiment beaucoup de gens. 

On a reçu plein de photos de grand-pères moustachus, plein d'histoires de gens taiseux.

On nous a proposé du saucisson, du tabac, des sous, des timbres, des parrainages bienveillants, des logos, de l'aide logistique... 

On a reçu des lettres de partout en France. Des lieux dits et de Paris. De hameaux où il n'y a pas de noms de rues et du campus de Microsoft. D'Italie, du Royaume Uni, d'Allemagne, de Norvège, du Danemark, de Suède, d'Espagne, du Portugal, de Belgique, du Québec, du Canada, des Etats Unis, du Ghana, du Sénégal, d'Autriche, de Suisse... 

Des lettres qui parlent de tricoter dans un quartier d'Accra "juste au-dessus du bidonville" ou à deux autour d'un thé le jeudi. 

Des lettres de gens qui écrivent pour d'autres qui n'ont pas Internet, des hommes et des femmes, des jeunes et des moins jeunes.  

Il n'y en a pas une, dans toutes ces lettres, qui ne racontait rien. Même pas les plus laconiques, celles qui se contentaient d'un "je veux bien la faire, cette Wool War", elles racontaient des histoires de famille ou des histoires mondiales. 

Et là, au Délit, on s'est dit mais mince, cette guerre-là, un an pour essayer de comprendre comment elle résonne chez tout le monde, ce ne sera pas trop. 

Et puis, on s'est dit aussi qu'à tous ces gens qui nous ont emboîté le pas sans rien demander, on leur devait un petit plus d'explications. Nous, au Délit, on voudrait savoir ce à quoi on apporte notre contribution. On voudrait être sûr que ce que racontera cette affaire au final, ça nous aille. 

On ne veut pas trop en dire, sur le résultat final, parce qu'on est sûr que l'idée de départ va s'enrichir des histoires individuelles  au fur et à mesure que l'armée commencera à exister. Ca a déjà commencé d'ailleurs. L'idée a déjà évolué et d'autres ramifications ont déjà commencé à pousser. 

Ce sera une grande armée minuscule. 

On sait à peu près bien ce qu'elle ne sera pas. 

Pas une reconstitution en costume d'époque.
Pas un truc où on fait la maligne pour faire rire. Pas de ricanements. pas de cynisme. 
Pas un truc triste non plus. On ne va tout de même pas passer un an à pleurer. 
Pas un record pour le Guiness Book. C'est pour ça qu'on a décidé qu'on ne donnerait de chiffres sur rien ,  sur combien vous êtes, sur la taille de l'armée en jersey,  sur le nombre d'heures passées à croiser des fils. Ce n'est pas l'essentiel et on ne voudrait pas que ces chiffres qui donnent un peu le tournis éclipsent le reste, ce qu'on veut raconter. 
Pas une performance.
Pas une glorification de la guerre, pas une histoire de vainqueurs et de vaincus, de batailles


Pour ce que ce sera, c'est plus compliqué à expliquer. 

Ce sera une histoire d'hommes envoyés au casse-pipe et une histoire de femmes qui prennent leur place  avec leurs aiguilles. 

Grosso modo, ce qu'on racontera au final, c'est une histoire de lien.

 Le fil, c'est parfait pour le lien. Lien entre 1914 et 2014, un lien entre des petits-enfants, des arrière-petits-enfants, des arrière-arrière-petits-enfants et des photos d'hommes moustachus 
Un long fil de cent ans, un fil qui peut aller de Seattle à Roubaix, en passant par Pontypridd, Bordeaux, Biescheim, Mirefleurs, Lisbonne... 
Un fil qui relie des hommes et des femmes qui n'ont rien à voir les uns avec les autres, tous très différents. 

On va mettre un S à lien, tiens. Tellement de liens (sans compter tous ceux qu'on oublie) ça mérite bien un S. 
Donc ce sera une histoire de liens. 

Et puis une histoire de tendresse. Un check tendre adressé aux moustachus par-dessus cent ans et des milliers de kilomètres 

Donc une histoire de tendresse.

Sans S.

C'est ça qu'on veut faire de tous ces petits morceaux tricotés qu'on va recevoir. 

Ha mais oui, on est d'accord. C'est flou. 

C'est pour ça que c'est bien. Parce que c'est flou. 

Inutile, infaisable, beau et flou. 

C'est parfait.

****************

Pour l'organisation, on a aussi décidé qu'on allait le faire comme on savait. 

Mal. 

On est confiant. La désorganisation, le bazar, le flou, on maîtrise. 

Trust us. Au final, ça finit toujours par fonctionner. 

Pour l'instant, on a terminé les enrôlements. On a dû refuser plein de monde et constituer une armée de réserve. On n'aime pas ça, au Délit, refuser l'entrée. 

On attaque la phase Paquetages et Feuilles de route. On répartit les casques, les musettes, les vareuses...

Vendredi, on va dévaliser notre dealer de laine qui a un peu ouvert des grands yeux incrédules derrière ses lunettes papillon dorées quand on lui a dit combien de pelotes il nous fallait. 

Toutes ces pelotes, on va les mettre dans des enveloppes et écrire les adresses dessus.

Dès que cette phase sera terminée, on préparera nos petites affaires pour aller dormir au Musée Magique et entrer jour et nuit toutes vos adresses dans l'ordinateur, pour que Monsieur Fedex vous apporte vos paquetages. 

Entre temps, on va organiser un cyber-camp de base (sans doute sur Ravelry) pour que vous puissiez y échanger entre volontaires, y poser les questions qui pourraient vous venir, on va embaucher les gens qui se sont portés volontaires pour être agents de transmission. On va répondre à celles qui ont imaginé un logo comme un coquelicot à la boutonnière Internet. des volontaires. Répondre aux autres aussi, pour le saucisson et le tabac. 

Et là, on devrait être opérationnels. On espère que fin janvier, tout le monde aura son paquetage. 


Par moments, on a un éclair de lucidité et on se demande mais pourquoi tout ça? 

Sans doute parce que c'est infaisable, inutile, beau et flou.




























50 commentaires:

  1. C'est tellement joli ce que tu dis, ça donne envie de pleurer! J'aime ce que tu vas faire de ce projet, ça reste profondément humain et humble, là où tant d'autres tireraient la couverture à eux et oui, se lanceraient dans une performance de chiffres et instrumentaliseraient le truc. Je dis te dis chapeau et j'espère que tu es fière de toi! Je suis en métropole lilloise, et parfois j'ai du temps libre (ça sert de chercher du boulot ^^ ), si tu as besoin de bénévoles de temps en temps tu peux me faire signe, je serais ravie de t'aider si je suis dispo à ce moment là (mais pas pour tricoter einh! mais pour tout le reste -même faire la vaisselle ^^ - je peux).

    RépondreSupprimer
  2. Françoise Guichard13 janvier 2014 à 09:24

    Delit maille, plus ça va, plus je te kiffe !
    Je te dis pourquoi je le fais : pour le petit frère de ma grand-mère, un petit ouvrier, qui, en permission, lui a dit en pleurant qu'il ne voulait pas y retourner. Ben, si ! Et il y est mort et on doit les garder qq part tous ceux-là si anonymes et terrifiés ds la boue.
    La laine ça leur va mieux que le bronze menteur des sratues.
    Les aiguilles sont chaudes-bouillantes

    RépondreSupprimer
  3. Maman, elle est trop contente d'avoir été enrôlée... Et moi, je suis fière de toi, Délit, franchement, ça dépote.
    La P'tite Armelle en laine veut bien faire un Special Report depuis La Rochelle... J'essaye de bricoler ça, ok ? ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Tout ce qu'elle ne sera pas est excellent ! Ce qu'elle sera aussi !

    RépondreSupprimer
  5. Merci Délit pour cette poésie qui réchauffe le coeur le lundi matin, merci pour ce projet insensé et si beau, merci de rassembler tant de gens différents, et de redonner au tricot son sens premier : celui du lien entre les générations. Ma grand-mère aurait adoré savoir que je tricote en souvenir de tous ceux qu'elle a connu. Et en tricotant ma petite vareuse, j'aurais une pensée émue pour le petit-frère de la grand-mère de Françoise, plus haut, et pour tous les autres. Merci Délit.

    RépondreSupprimer
  6. Ben... chuis tout émue ! Je ne suis même pas sure de savoir pourquoi :-) Peut être parce que je suis fatiguée de l'utilisation qui est faite des réseaux sociaux : protestations, invectives, dénonciations... D'un seul coup, ce projet "Inutile, infaisable, beau et flou" ça fait vraiment du bien. Je suis vraiment contente d'y participer !

    RépondreSupprimer
  7. Moi aussi j'en ai des frissons quand je lis tes billets sur cette wool war 1. Et je suis très heureuse d'avoir été enrôlée, juste parce que je passais par là au bon moment. Merci de t'être lancée dans ce projet pas fou.

    RépondreSupprimer
  8. Elle est magnifique cette note.
    Une histoire de tendresse, belle, inutile et folle.
    Oui, c'est un très beau résumé.

    Je souris en imaginant ce bataillon d'aiguilles à tricoter partout dans le monde qui vont cliqueter pour aider à monter ton armée, et c'est beau, c'est vraiment une chouette image...

    RépondreSupprimer
  9. C'est drôle cette histoire de guerre en laine.
    ça devrait être triste et désespérant et en fait c'est tout le contraire.
    Vu l'époque dans laquelle on vit, ça donne a espéré qu'on peut peut-être sortir quelque chose de beau de tout ce gâchis passé et présent.
    Bref, je suis fière de pouvoir participer à ce grand projet !
    Merci Délit !

    RépondreSupprimer
  10. Les mots sont parfaits !
    Vous faites tout ça parce que c'est infaisable, inutile, beau et flou.

    RépondreSupprimer
  11. "Sans doute parce que c'est infaisable, inutile, beau et flou."
    J'aime

    RépondreSupprimer
  12. Encore une qui est contente et impatiente de participer à Wool War I - Je me suis inscrite sans réfléchir, spontanément, par envie de participer à qqchose inutile mais pas si inutile puisque cette aventure va rapprocher des personnes le temps d'une année. Et puis pourquoi toujours avoir une raison pour faire quelque chose? tant qu'on ne fait pas de mal à qui que ce soit?

    Ce n'est qu'après coup que j'ai réalisé que mon grand-père avait été un des soldats envoyés au front, mais qui est revenu, certainement pas le même car qui peut revenir indemne de la guerre - et que c'est l'occasion de lui rendre hommage. Je me permettrai donc de lui mettre un petit ruban avec son nom dessus dans son casque ou son habit ou encore sa besace, pour que lui au moins ne soit pas anonyme.

    Et puis la devise de cette aventure : infaisable, inutile, beau et flou (surtout FLOU) me plait beaucoup!!!

    Merci Délit Maille

    Et bonne aventure à tous et à toutes!!!

    RépondreSupprimer
  13. Oh non! mon message a disparu - fausse manip!!!!

    bel article et vive l'infaisable, l'inutile, le beau et surtout le FLOU!!!!!!!!!

    (je réécrirais mon message à une autre occasion!!! )

    RépondreSupprimer
  14. et vous n'imaginez pas encore .. vous êtes à l'orée d'une grande aventure ! de grands et beaux échanges … ! je vous l'assure , témoignage de poilue !
    et puis c'est beau la non organisation .. qd on a un but, cela finit toujours par fonctionner ! le tout est de tenir le cap ..et de s'amuser !
    trop contente d'en être .. et je réitère : si vous avez besoin d'aide, n'hésitez pas .. j'ai adoré organisé l'expo de couvertures à la halle de la villette en février 2012..
    aucune compétence en com, mais reine de l'organisation et de l'enthousiasme pour les projets un peu fou.
    claire, seulement banlieusarde .. (pas très exotique!)

    RépondreSupprimer
  15. C'est bien parce qu'il y a la Tendresse dans chacun de tes mots, dans chacun de tes gens en laine depuis le début, que nous, on est bien triste de ne pas avoir été enrôlés dans cette guerre-là. On se fout des records, on était juste contentes de participer à un projet aussi beau. Mais ça ne fait rien, on est super fières de toi et même que de toi, justement, ça ne nous étonne pas... Alors, même si du coup, c'est de loin, on te suit de toutes nos pensées et de notre aide si tu en as besoin, pour le cas où, l'ennemi ça serait le temps qui va trop vite. Amitié

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha mais non, ça c'est pas possible!
      Enrolée Frédérique. Envoie-nous ton adresse postale par mail et on t'enverra ton paquetage. Parce que non, là vraiment on peut pas. Allez, viens avec nous. Il y a bien une petite place pour une Frédérique. Mais tu promets de ne plus nous faire quasi pleurer hein?

      Supprimer
  16. Et c'est pour ça aussi qu'on te suit Délit, parce que c'est infaisable, inutile, beau et flou... Nous aussi on a le sens des priorités !!

    RépondreSupprimer
  17. j'espère bien qu'il n'y a pas de chiffres ni de reconstitution historique!....j'ai juste envie d'être un petit relais dans les liens qui se créeront à partir de petits bouts de laine entre plein de gens, en laine et en vrai.....entre hier et maintenant....j'ai le saucisson et le pinard, je n'attends plus que le monsieur de Fedex avec son petit paquet de laine....

    RépondreSupprimer
  18. je n'ai pas eu la chance d'être retenue, mais j'épaulerai ma copine Morbihan . Ce sera une occasion de plus de renforcer des liens d'amitiés ! Je recommande la lecture de Au revoir là-haut . On s'y trouve au cœur du sujet qui nous réunit.

    RépondreSupprimer
  19. Merci Madame Délit, superbe texte, superbe projet qui dévoile petit à petit toute sa dimension philosophique et sa richesse humaine. Je suis fière et émue d'en être. Du coup, le blues de quitter le Sénégal en février est adouci par la perspective de passer des soirées à tricoter au coin d'un feu de cheminée...
    D'accord avec toi, an oriant, la lecture de "Au revoir là-haut" s'impose !

    RépondreSupprimer
  20. Bonsoir,
    J'aime ce que vous avez écrit.
    J'aime l'idée de faire, avec des gens de tous les pays, une action commune. Si les hommes avaient des projets communs, il y aurait moins (ou plus du tout) de guerres. Où trouverait-on le temps de les faire ?
    J'ai hâte de recevoir mon paquetage, de tâter la laine, de lire les explications, et, comme tout le monde, de mettre un peu de mon âme dans ces petits poilus laineux et de revisiter l'Histoire de façon plus pacifique. Merci de nous permettre d'y participer.

    RépondreSupprimer
  21. Ah... je vois que les troupes sont au complet, alors comme je n'ai pas eu de réponse, je suppose que je suis recalée. Inapte au service de la patrie de laine, en somme. Je me suis réveillée après la bataille. Pas assez réactive...
    Tant pis.
    Je ferai des trucs utiles moches et concrets.
    Bon tricot et belle aventure à toutes... :)

    RépondreSupprimer
  22. Marraine de guerre enrôlée in extremis, cette aventure me ravit car le lien qui va nous tenir toutes et tous, ce fil d'Ariane, ce petit bout de fil si fragile et pour tant sur lequel on peut compter n'est pas prêt de se casser. Nous n'en sommes qu'au début et que de choses, nous avons déjà à raconter. Ma grand-mère qui m'a tellement raconté "sa" guerre me disait toujours, on ne meurt vraiment que lorsqu'on nous oublie et nous ne sommes pas prêts de les oublier...

    RépondreSupprimer
  23. Michèle de Limoges14 janvier 2014 à 08:42

    Comment vous savez si vous êtes enrôlés ou pas ? Vous avez eu une réponse ? moi pas, Mais je voulais participer à cette "manif" sans objectifs comptables, j'ai écris rapidement... du coup j'ai le bourdon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben non, pas de bourdon ))) tu as envoyé ton adresse par mail? Je l'ai pas retrouvée. Recommence donc , on te répond ce soir ))

      Supprimer
  24. Sommes bien tristes de ne pas en être... Hier soir les enfants (11 et 10 ans) ont demandé leur premier cours de tricot pour pouvoir m'aider et participer à cet extraordinaire projet. Sommes très fiers de lire que vous ne serez pas seuls dans vos tranchées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On garde précieusement les noms de tous les déçus-de-pas-en-être et on essaie de voir, dans les jours-semaines qui viennent si on ne peut pas enrôler les réservistes. Si ça ne tenait qu'à nous, ce serait les bras ouverts qu'on accueillerait tout le monde, mais on a des contraintes de temps et d'espace. Allez, on croise les doigts pour que ce soit faisable. Merci en tout cas ))

      Supprimer
  25. Snifff
    Inapte au combat. .. réagi trop tard qui disaient
    Snifff Snifff
    Ferai la guerre toute seule....La fleur. ..que dis je un bouquet de fleurs aux aiguilles.
    Pas facile pour tricoter, d'accord, mais c'est un combat, non?????
    J'aurais pu tricoter les Dolomites...Les Dolomites, hein??? Faut bien les Dolomites en 14-18...

    RépondreSupprimer
  26. J'ai mis un petit mot sur mon blog : pas pour trouver des mains en plus mais plutôt pour que le message passe.

    http://www.christallittlekitchen.com/?p=3825

    RépondreSupprimer
  27. Quand j'ai reçu mon mail "enrôlée" pour cette drôle de guerre, moi aussi çà m'a fait tout drôle...On a toutes et tous un grand père, grand oncle, etc...qui nous a raconté sa guerre. Alors c'est bien, c'est une belle façon d'avoir une pensée pour eux, et de se souvenir de notre histoire. Vivement que les "armes laineuses" arrivent !

    RépondreSupprimer
  28. La bicyclette rouge14 janvier 2014 à 15:16

    Lorsque j'ai annoncé à mon fils (27 ans) que j'étais enrôlée pour participer à la "Wool wool war", il m'a dit :
    - ah c'est chouette.
    Mais au cours de la conversation qui s'en est suivie, il m'a affirmé que jamais on ne lui avait parlé de cet arrière-grand-père poilu ; ce projet sera l'occasion de lui raconter les souvenirs que l'on garde de lui.
    Très contente, je suis (j'adore Yoda).
    Amicalement.

    RépondreSupprimer
  29. moi aussi je suis très émue après la lecture de cet article ! et fière d'y participer ! d'autant plus que mon grand-père et mon père ont fait chacun une guerre ! les femmes d'alors leur tricotaient des chaussettes. Nous aussi on va croiser les aiguilles !
    bravo à vous !!!

    RépondreSupprimer
  30. Je suis complètement touchée d'être enrôlée..
    Etre un maillon de ce lien que je ressens très fort aussi, me convient tout à fait, je m'y retrouve ...
    Pour éloignée qu'elle soit, cette guerre a laissé des traces indélébiles dans chacune de nos familles, autant d'histoires de vie qui la rendent complètement palpable ! Au front ou dans les maisons.... tous étaient marqués... pour toujours !

    RépondreSupprimer
  31. Merci pour tout ça!!! C'est émouvant mais surtout c'est une jolie histoire qu'on va tricoter tous ensemble grâce à toi!!

    RépondreSupprimer
  32. "infaisable, inutile, beau et flou" mmmmmmm que j'aime ça !
    Je suis si heureuse d'être enrôlée...

    RépondreSupprimer
  33. On a beaucoup d'archives sur les Poilus, et notamment des lettres, car ils savaient écrire, lire et compter grâce à l'école obligatoire. C'est la première guerre sur laquelle nous avons autant d'archives de la part des petits, de la chair à canon, des rien du tout.
    A nous de les faire revivre en laine !

    RépondreSupprimer
  34. Je n'ai pas reçu de réponse, c'est donc je n'ai pas été jugée apte au service... Sniff !!! J'avais pourtant proposé mes aiguilles très vite ! Re sniff !!! Je suivrai donc de loin cette guerre de laine et appelez moi si vous avez des défections...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beh si tu es apte. On a refouillé le bazar de la boîte mail et on t'a retrouvée. Ta lettre de conscription t'attend! (mais il va nous falloir une adresse postale pour le paquetage) Toutes nos excuses pour l'oubli

      Supprimer
    2. Ah, je suis trop contente de faire partie du bataillon ! Je vous ai envoyé un mail avec tout ce qu'il faut, j'espère que ça a marche, je ne suis pas chez moi et je "bidouille" un peu avec le matériel informatique à ma disposition...
      Merci et vive la laine, la tendresse et les magnifiques projets comme celui-ci !

      Supprimer
  35. Je suis impressionnée! En cas de besoin ... Je serai une alliée avec mes aiguilles ....

    RépondreSupprimer
  36. Bonjour

    Ton message me touche ... Je suis heureuse de faire partie de cette aventure. Effectivement c'est aussi l'occasion de parler autour de soi de cette guerre ... sous l'angle du fil de laine

    RépondreSupprimer
  37. Passée la déception de ne pas être retenue,
    ne reste que l'enthousiasme pour ce projet de liens en aiguilles...
    Je suis impatiente de voir le résultat, et les étapes intermédiaires.
    Non, je suis patiente en fait, j'ai juste envie.
    Merci pour ces bouts de laine et merci de tricoter les souvenirs de ces gens pas en laine qui sont morts bien loin de chez eux...
    Chez nous, dans la Creuse, on a deux monuments aux morts spéciaux :
    - celui de Gentioux, avec son "Maudite soit la guerre", jamais inauguré par l’État ;
    - Et celui de la Forêt du Temple, où figure le nom d'une femme, Emma Bujardet "Morte de chagrin" en 1917 après la mort de ses trois fils.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coline, contacte-nous par mail sur delitmaille@gmail.com. On a poussé les limites tant qu'on a pu et réussi à proposer à des gens en plus de nous rejoindre. Au-delà du raisonnable, mais au point où on en est )) Il y aura bien une petite place pour toi))

      Supprimer
  38. Bonjour !
    merci d'avoir accepté de m'enrôler !
    Mes doigts tricotent déjà d'impatience ...
    en attendant, je viens de faire un article sur mon blogounet pour diffuser l'info de ce projet dingo ;-)
    Par contre, pas de photos de moustachus- bien que mes arrières grands-pères le fussent- mais de ma Mémé et de ses collègues femmes, recrutées à l'usine d'emboutissage de métaux pour y fabriquer des obus : elle avait à peine 13 ans ...
    http://momoleaventures.canalblog.com/archives/2014/01/15/28953698.html

    RépondreSupprimer
  39. à propos de guerre, mais pas la même, je conseille à tout le monde la lecture de ce petit livre : "la débâcle" de César Fauxbras... édifiant !
    http://luparsabine.over-blog.com/article-la-debacle-de-cesar-fauxbras-99340713.html

    RépondreSupprimer
  40. Enrolée in extremis et tellement heureuse de faire partie des troupes !
    Une histoire de liens, de tendresse... infaisable, inutile, beau et flou... j'adore !
    Merci pour cette belle aventure.

    RépondreSupprimer
  41. Je suis trop contente de pouvoir aller me battre avec mes aiguilles moi aussi ! Et quelque part, tisser ce lien de laine avec mes arrières-grands-pères, arrières-grands-oncles et autres poilus qui ont souvent laissé plus qu'un poil dans les tranchées m'émeut beaucoup. Merci !

    RépondreSupprimer
  42. J'arrive trop tard mais je veux quand même vous aider, pourquoi ne pas créer une cagnotte pour l'achat de laines ou les frais postaux, on dit souvent que l'argent est le nerf de la guerre!
    Mon arrière grand-père enseignant s'est enrôlé en 1914, il ne voulait pas que ses élèves partent sans lui, il n’était pas combattant dans l’âme juste un prof de lettres classiques qui ne voulait pas abandonner ses élèves eux enrôlés de force, il est mort le 5 novembre 1914.

    RépondreSupprimer
  43. Ma maman tricoteuse m'a menée jusqu'à vous. Moi, je ne tricote pas, mais j'aime les liens, en fils ou en mots. Les votres sont épatants - je ne sais pas trop pourquoi, mais le mot "épatant" vous va comme un gant, vous que je ne connais pas mais dont la voix résonne en moi. Votre projet est énorme et intime tout à la fois, il y a du beau et du profond très loin dedans. Waou, je vais vous garder à l'oeil. A l'oreille, l'album de PJ Harvey, Let England Shake, tout entier dédié à la tragédie de 14-18. Tout est lié, noué, attaché et attachant. Off you go, belle armée de belles âmes aux doigts de fées :-)

    RépondreSupprimer