mercredi 27 juin 2012

Arty Délit: Tricote tes Liaisons Dangereuses

 DELIT MAILLE

Arty Délit 

Tricote 
tes Liaisons Dangereuses




Bon. Pause. Après le foot et le Smic, un petit Arty Délit littéraire en costume d'époque. Ca fera du bien à tout le monde.

Les Liaisons Dangereuses de Choderlos de Laclos en jersey endroit.

Kit pratique pour une présentation enfin claire de l'intrigue un petit peu compliquée de ce roman de 1782 où ça manigance comme pas permis. 

En résumé, l'histoire, c'est celle d'une libertine , la marquise de Merteuil, qui, furieuse d'avoir été quittée par son amant du moment, décide de se venger en déshonorant la fiancée de ce dernier, Cécile de Volanges, tout juste sortie du couvent, et donc la marquise appelle à la rescousse un de ses anciens amants, le vicomte de Valmont, afin qu'il séduise Cécile et que l'amant soit dégoûté de s'être fait avoir comme un novice, mais le problème, c'est qu'à ce moment-là, Valmont, un libertin aussi est occupé à tenter de séduire la Présidente de Tourvel, une bigote pas drôle, mariée et fidèle, un vrai challenge pour Valmont. Valmont dit donc non à la marquise à propos de Cécile de Volanges, que vraiment ce n'est pas possible là tout de suite. La marquise de Merteuil , jamais à court d'idée, se dit pas grave je vais faire autrement. elle devient la confidente (hum hum) de Cécile  et la pousse dans les bras du chevalier Danceny, maître de musique. Comme elle est vraiment très machiavélique, elle fait aussi un nouveau pari avec Valmont, comme quoi, s'il lui apporte la preuve écrite que la Présidente a cédé, elle veut bien offrir une nouvelle fois ses charmes à Valmont. Seulement, ce qui se passe, c'est que la Présidente Tourvel résiste à Valmont, vu que madame de Volanges, la mère de Cécile, la promise de l'ex de la marquise, la dissuade de poursuivre sa relation avec Valmont, en lui répétant (à la Présidente) toutes les horreurs que la marquise lui a susurrées dans l'oreille à propos du vicomte. Du coup, le vicomte décide de se venger de la mère de Cécile en acceptant finalement de séduire la protégée de la marquise. Il va même tellement la séduire qu'elle sera enceinte de lui . Pendant ce temps-là, la marquise séduit le maître de musique, mais comme elle a toujours en tête de se venger de l'ex qui l'a quittée et qui allait épouser Cécile, elle fait lire à Danceny les lettres de Valmont qui prouvent que Cécile (dont Danceny est amoureux) avec Valmont... Furieux comme pas permis, Danceny provoque Valmont en duel. On ne sait pas trop bien si Danceny a tué Valmont ou si Valmont s'est donné la mort volontairement dans le duel, mais en tout cas, il meurt (Valmont). Sauf qu'avant de mourir, il donne à Danceny toutes les lettres que la marquise lui a écrites, pour que tout le monde connaisse son vrai visage de très machiavélique marquise. Histoire de se venger de l'avoir entraîné dans ce mic mac. Donc Valmont meurt, Danceny part à Malte, la présidente de Tourvel meurt folle quand elle apprend que Valmont, qu'elle aimait quand même est mort, Cécile de Volanges entre au couvent et la marquise devient borgne à cause de la petite vérole.Voilà.

Bref, on n'y comprend rien.

Au Délit, on s'est dit ce qu'il faudrait en fait, ce serait un kit. Pour mettre un peu d'ordre dans tout ce bazar.

Le kit Choderlos comprend les instructions détaillées et les fournitures nécessaires à la réalisation:
- d'une marquise de Merteuil
- d'un vicomte de Valmont
- d'une Cécile de Volanges
- d'une Présidente de Tourvel
- d'un chevalier Danceny


De la débauche, de la dissimulation, des amants, des maîtresses, des complots, des alliances, de la stratégie, des péripéties.

Le kit Choderlos, de la littérature, mais en laine




la marquise



Cécile de Volanges


Danceny


Valmont






encore Cécile de Volanges





la Présidente

la marquise + Cécile





Cécile + Danceny




la marquise + Valmont



Valmont + la présidente


Valmont + Cécile


Valmont + Cécile + Danceny

la marquise + Danceny

18 commentaires:

  1. 'ttention, c'est pas la marquise de Verneuil (voir la composition du kit)…
    Plus forte que Vadim, Frears et Forman, Délit.
    Pour un peu, je le relirais :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oups.))) corrigé. Merci Dorémi. Déjà que c'est pas simple, si en plus on se trompe dans les noms.

      Supprimer
  2. On s'y croirait ! Bravo !

    (Mais je ne crois pas que, comme Dorémi, je le relirai... J'ai suffisamment "souffert" avec les Liaisons lors de ma 1ère année de Fac...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous nous refaites le coup de "La Princesse de Clèves" ? :D
      J'étais déjà adulte lorsque je l'ai lu la première fois, peut-être pour ça que je l'ai tant aimé…

      Supprimer
    2. (Euh... ne le répétez pas... mais je n'ai pas aimé non plus la Princesse de Clèves... Je sais, pour une ex-prof de Français, c'est la honte !

      Et vous ne savez pas le pire : jamais réussi à lire Proust !) Chut ! Chut !)

      Supprimer
    3. J'ai lu la Princesse il y a bien longtemps et j'avoue ne pas trop m'en souvenir. Il faudrait que je la reprenne pour émettre un avis…
      Je n'ai jamais réussi à lire Proust non plus : il m'est tombé des mains (pas plus que je n'ai réussi à regarder l'adaptation de R. Ruiz):D
      Et pareil pour Céline, d'ailleurs : pas aimé le style. Quant au bonhomme, ça se passe je crois d'explications…
      Et Balzac m'a profondément ennuyée. Je n'ai pas dû en lire un seul en entier (voilà, c'est dit). Mon cœur appartient à Zola, comme dirait l'autre :-)

      Supprimer
  3. Jamais réussi à lire ce bouquin, mais j'ai réussi à voir les photos du kit, c'est tout ce qui compte. Rien compris à l'histoire mais bon, c’est du people tout ça ça se résume à du "qui qui couche avec qui", qui ne couche pas avec qui", "qui va coucher avec qui" ou "qui ne couche plus avec qui" (j'en ais sûrement oublié).

    Très chouette mise en scène.

    RépondreSupprimer
  4. Excellent! Belle fiche de révision! :-)

    RépondreSupprimer
  5. absolument et résolument excellent
    j'adore

    RépondreSupprimer
  6. Ana de Kersidan28 juin 2012 à 16:23

    Il va falloir qu'elles aient de l'imagination, nos Valérie Très-vénère et autre Ségo-laine-ou-coton ! Ce n'est pas avec des touits – même si l'on peut les inclure dans le genre épistolaire – tout maigrichons comme ça que l'on va alimenter le plaisir des lecteurs des siècles à venir...
    Ceci dit, Laclos a dû sacrément s'ennuyer dans son île de Ré à attendre ces messieurs les Anglais qui ne viennent pas batailler, pour imaginer une intrigue pareille... Heureusement que Délit éclaire nos lanternes !
    J'imagine juste les tractations préalables nécessaires à la mise en scène dans ces décors somptueux : « – C'est pour un film ? – Euh non, c'est pour des poupées de laine... – Des quoi ? »

    RépondreSupprimer
  7. Quel univers impitoyaaable !!!

    la mise en scène et les costumes sont parfaits comme d'habitude.

    RépondreSupprimer
  8. J'aime particulièrement les coiffures.

    RépondreSupprimer
  9. ... et ça chuchote au creux des oreilles... excellent !

    RépondreSupprimer
  10. Je ne sais pas si c'est parce que tu as écrit en tout petit, mais je n'arrive pas à démailer le fil de l'intrigue...
    C'est malgré tout superbe, comme d'hab !

    RépondreSupprimer
  11. Et le nom de l'amant qui a quitté la marquise pour Cécile, on le connaît?

    Mais la question qui me taraude le plus, c'est pourquoi sur ton blog il y a ce lien en bas de page sous l'intitulé Liens vers ce message: Papa, João Paulo II ( bordado a ponto de cruz)?

    Que d'intrigues.

    RépondreSupprimer
  12. nous devrions créer une asso, qui louerait (voir même, soyons fous, qui achèterait) un local qui se visiterait, tel un musée, avec toutes ces poupées de laine

    c'est trop trop bon, l'actualité, les artistes, et même les personnages à la gomme de romans ennuyeux qui empoisonnèrent nos soirées estudiantines, moi je kiff la robe de Cécile,je voudrais bien en avoir une comme ça...
    bravo, Delit, que de bons moments tu nous offre, merci merci !
    (Mouna)

    RépondreSupprimer
  13. superbe comme d'hab !!!!!!!!

    RépondreSupprimer