vendredi 3 février 2012

Tricote ton Cinéma prolétarien



DELIT MAILLE 

Tricote 
ton 

Cinéma prolétarien



Bon. 

En visite jeudi sur un chantier de l'Essonne pour soutenir le nouveau projet (une variante de La France de Propriétaires de 2007),   Une France de Propriétaires de Véranda, le Président a rencontré plein plein plein d'ouvriers. 

C'était chouette. 
Simple, sans chichis. 

On a bien rigolé, on a fait des blagues, serré des mains, tapé sur l'épaule. Des métreurs, des maçons, des plâtriers, des couvreurs, des plaquistes, des menuisiers, des charpentiers, des soudeurs, des chaudronniers, des carreleurs, des plombiers, des électriciens... le nombre qu'ils étaient, c'était impressionnant. Et tous drôlement heureux de voir comment on peut être président et pas fier pour deux sous. Il y en a même un qui a posé LA question du moment. "Alors, candidat ou pas candidat?", il a dit le gars, juste au moment où la caméra l'avait en gros plan. Cette chance. 

Bon, on a appris après que les ouvriers, les métreurs, les maçons, les plâtriers, les couvreurs, les plaquistes, les menuisiers, les charpentiers, les soudeurs, les chaudronniers, les carreleurs, les plombiers, les électriciens, en vrai, dans la vraie vie, ils ne travaillaient pas du tout sur ce chantier-là. Il avait fallu aller les chercher un peu partout, histoire de faire nombre, que ce soit plus vendeur qu'un président dans un chantier vide. On a trouvé des gars en intempérie, des chefs de chantier, des fournisseurs, mais c'était pas encore assez. Du coup, on a pris aussi des figurants, qu'on a déguisés en ouvriers, avec un casque sur la tête et les mains sales, ça fera l'affaire.

Au Délit, on trouve que se donner tout ce mal pour vendre à chaque Français une véranda ou un garage, ça méritait un kit.
Donc voilà. Le kit   Cinéma Paradisio comprend les instructions détaillées et les fournitures nécessaires à la réalisation
- d'un président (12cm) et sa montre
- d'un ouvrier ou faisant fonction
- d'une maquilleuse
- d'un caméraman
- d'un réalisateur

Dans un décor d'un réalisme stupéfiant, toi aussi, fais ton président chez les ouvriers.































 

8 commentaires:

  1. Preums !!?
    Bien vu de pointer du doigt cette affaire. J'avais bondi en lisant l'article.
    Je ne sais pas si c'est "Cinéma paradisio"... plutôt "La grande illusion" ou "Le corniaud" ? Qu'est-ce qu'on pourrait trouver d'autre encore ?!
    Bon, comme on est tous producteurs dans l'affaire, on va au moins pourvoir mater le film gratos, quand même ?

    RépondreSupprimer
  2. La mise en scène est super léchée !!
    On s'y croirait. C'est du néo-réalisme !

    A pleurer de rire. Merci cher délit maille pour ces scènes d'anthologie !

    RépondreSupprimer
  3. Coucou

    Quelle belle mise en scène !

    et le souci du détail : la maquilleuse qui remaquille l'ouvrier et le président !! Trop fort !

    bonne continuation (il va y avoir encore de la matière !...)

    Missy miss

    RépondreSupprimer
  4. LA HONTE SUR EUX!!!!!!!!!!!!!!!!qu'est ce qu'ils sont pas obligés de faire pour paraitre humains! berk,je suis écoeurée!

    comment peut on encore faire confiance? (à condition qu'on ait seulement déja fait confiance......)

    bien joué la fouine de l'info!beau travail

    RépondreSupprimer
  5. Pendant ce temps Hollande se faisait enfariner et lui, il n'a rien dit, même pas "pauvre crêpe".
    Je ne sais pas pourquoi, mais je sens une petite différence d'attitude.
    Me trompé-je ?

    RépondreSupprimer
  6. il faut espérer pour eux qu'ils ne l'ont pas fait gratos, ça fera au moins un peu de beurre dans les épinards.

    RépondreSupprimer
  7. j'adore !!!!!! pas l'affaire hein ?...ton article !!!!!!!!!!!
    je ne me lasse pas de venir te lire !!!
    bonne soirée !!!
    bises
    delphine

    RépondreSupprimer
  8. Ah ah ah !! --> l'ouvrier est plus GRRRAAANNNND que l'homme à la montre dorée !! N'empêche, ce script-là serait passé à la trappe, pas conforme du tout à l'obsession du monsieur !

    Je suis curieuse de savoir comment tu réussis les braseiros !

    @Dominique, j'ai aussi été très sensible à la différence d'attitude... Du coup, "un mou" à côté "d'un nerveux" en l'an 2012, ça n'est plus un défaut...

    RépondreSupprimer